Petites recettes pour entrer en conflit avec vos collègues !

Ecrit par Philippe Grosjean

Publié le 03 mai 2019

Tout malentendu est source de conflit !

Dans un premier temps, vous devez considérer que tout malentendu est une source de conflit !

Dites-vous que même s’il n’existe pas de véritable désaccord latent entre vous et vos collègues, il n’y a pas de fumée sans feu !

Les divergences de langage, les défauts d’écoute et les a priori erronés les uns sur les autres sont notre lot quotidien. Nous avons peu de prise sur ces situations.

Affichez votre volonté d’entrer en conflit

Deuxièmement, puisque tous les « théoriciens » et les spécialistes du management s’accordent à dire que le conflit est dynamique et fait avancer les choses de façon positive, n’hésitez pas à afficher régulièrement une volonté caractérisée et délibérée d’être en désaccord !

La performance de l’équipe est à ce prix !

Faites en sorte de dégrader les facteurs d’ambiance et le degré de cohésion de l’équipe ! Le climat devrait s’en ressentir très rapidement !

Posez l’équation du conflit

Enfin, si cela ne suffit pas, n’hésitez pas à utiliser l’équation du conflit pour être sûr(e) de faire mouche :

Derrière la conversation officielle, utilisez le maximum de sous-entendus pour contrarier à souhait votre interlocuteur. Par exemple, regardez votre montre de manière ostensible lorsque votre collègue est sur le départ et qu’il doit récupérer ses enfants ! Pour peu que celui-ci soit quelque peu susceptible, une bonne attaque sur un point faible devrait finir de le contrarier suffisamment pour qu’il se sente agressé : « Tiens tu prends ton après-midi ? ».

Pour garantir le conflit, suivez quelques conseils

Dans la logique des choses, il n’est pas nécessaire de suivre les recommandations des référents de l’analyse transactionnelle comme Eric Berne et Steven Karpman qui ont modélisé les risques liés aux interactions non efficaces et donc les risques de conflits entre les personnes sous le concept du triangle dramatique.

Un bon conseil : Évitez la représentation positive de vous-même et de vos interlocuteurs ! Et adoptez un des trois rôles décrits dans ce triangle, c’est à dire jouez à votre convenance le rôle de persécuteur, celui de victime ou celui de sauveur ! Puis permutez ces rôles !

Ne lâchez rien jusqu’à ce que le point de non-retour soit franchi !

Vous vivrez alors une période jubilatoire faite de sentiments inefficaces avec la satisfaction du devoir accompli !

Si vous pensez que ces petites recettes ne sont pas les bonnes, que la communication est une solution et qu’il suffit parfois de quelques mots pour apaiser les tensions, alors venez suivre nos formations sur les fondamentaux de la gestion et de la résolution des conflits animées par PILOTIS, les spécialistes de la relation.